BangBang : bangbangblog.com

La Pimbêche

3e soirée préliminaires des Francouvertes : tassez-vous!

Anne Laguë
22 février 2012

Il y a eu de la bousculade dans le palmarès des Francouvertes au terme de cette soirée folk, troisième semaine des préliminaires du concours. Les Soeurs Boulay ont pris la tête du classement, délogeant Simon Kingsbury, alors que Francis Faubert est en troisième position. Benoit Morier se contente du huitième rang.

Les Soeurs Boulay

« Mais comment font-elles pour chanter si joliment? » Je me posais la question au moins trois fois durant chacune des douces compositions folk qu’elles chantaient, s’accompagnant seulement d’une guitare ou d’un ukulele, debout à deux pieds d’un micro. Un silence respectueux s’est fait dans la salle dès les premières notes de leurs voix en harmonie. L’image de ces deux jeunes femmes à peine débarquées de la Gaspésie en robes fleuries, bottes de cow-boy et guitare au cou, seules sur la scène et hypnotisant la salle avec leur voix, avait  quelque chose de cinématographique. Ou d’historique : un récit à la Alys Robi. Leurs textes sont, pour la plupart, simples (amour, amitié…), mais je retiens la beauté de Où la vague se mêle à la grand-route, une sorte d’hommage à leur région natale.

Toutefois, je dirais que tant de simplicité et de pureté musicale a ses avantages, mais un show d’une heure de cette formule serait long… De plus, sans minimiser le travail de Mélanie et Stéphanie Boulay, c’est quand même difficile de comparer, pour un même concours, un projet voix et guitare et le travail de Francis Faubert, par exemple, qui était accompagné de six musiciens sur scène.

Francis Faubert

Le jeune homme à bretelles a clôt la soirée de fort belle façon. Son rock portant vers le country rappelle Dany Placard, son réalisateur, qui rencontrerait… les Colocs? (J’viens-tu de dire ça?) Il a su bien s’entourer sur scène : guitare et lapsteel, trompette et trombone, contrebasse, piano. Sur scène, le groupe a du poids, du groove et sait aller d’une ambiance plus sensible (J’te préfère le matin, une toune pour les filles!) à une plus lourde. Je pense à la chanson Pendant qu’icitte, qui révèle un penchant pour le punk. Dans l’ensemble, définitivement plus convaincant live qu’enregistré.

Commentaire de mon voisin de siège : « J’ai l’impression d’assister à un spectacle auquel il y a eu deux premières parties. » De par la formule très simple des Soeurs Boulay et celle, full band, de Faubert, je suis d’accord. La bande à Francis Faubert est en bonne position, en 3e place du palmarès provisoire, et je souhaite vraiment le voir passer à la seconde étape.

Benoit Morier

En sandwich entre les deux, Benoit Morier et son groupe n’ont malheureusement pas retenu l’attention avec leurs chansons folk-pop. Morier a ouvert sa prestation avec la chanson Bye Bye, peu convaincante tant par ses paroles que son ambiance. Du reste, les textes parfois personnels, parfois engagés ainsi que la musique rappellent beaucoup Daniel Bélanger (« Prise de tête sur le huitième continent /personne ne peut savoir comment j’me sens », Le Huitième continent). En général, c’est un peu hermétique. Mon impression générale – et là les artistes me reprocheront sûrement le commentaire – est que Benoit Morier écrit pour lui, il ne nous met pas dans le coup. Contrairement à Francis Faubert, toutefois, je l’apprécie mieux enregistré que sur scène. Parcourez son bandcamp pour vous faire une idée.

Le palmarès, après la troisième préliminaire :

2 commentaires Laisser un commentaire

La Pimbêche

Anne Laguë

Bouleversements hormonaux et scène locale

À propos

RUBRIQUES

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES
iweb